La Narvalaise

La Narvalaise

Témoignages

Témoignages 

 

 

Dans cette rubrique les Loups prennent la parole,Témoignages.png ou du moins la plume, pour raconter dans un esprit « généraliste » leur expérience et présenter un « brossage » de leur vécu dans la meute, de leur passage dans la sous-marinade, de leur ressenti. 

 

L’analyse, la synthèse et le recul, sont les bases de ces écrits « d’après ». Nous sommes au-delà de l’anecdotique présenté dans « Articles - Anecdotes », consacré à des faits et évènements précis afférents à notre bon Narval et ses hommes. 

 

La richesse de cette rubrique réside dans la possibilité donnée à tous, de prendre sa plume. En premier lieu aux Vieux Loups bien entendu, mais également à leurs collègues, amis, proches, et famille, qui peuvent exprimer leur analyse et leur ressenti à travailler et/ou vivre avec les Loups. C’est également une invitation aux compagnes des Vieux Loups, pour présenter, exprimer, dévoiler, leur incomparable et courageux vécu près de ces hommes consacrés à leur mission. 

 

La lecture de ces témoignages se fait en cliquant sur les intitulés (en vert).

 

----------

 

 

Le Fantôme du Narval

 

Nous sommes au shnorchel, la mer est grosse, l’Aéro est au-dessus et nous harcèle de bouées sonar…, grrrrr ! Les Diésels pompent l’air par le tube d’air, tant qu’ils peuvent, nous sommes au « ras des pâquerettes », 15m, 14, 13…, le tube se ferme ! Mais les machines continuent à pomper l’air…, celui du bord…, et les 200 mb de dépression sont rapidement atteints, les plombs dentaires ont déjà sauté, les sinusites vous ont fait fracasser la tête contre les parois, le bord est envahi par un brouillard blanchâtre… ALERTE !

Les monstres à gas-oil se taisent, les électrodes du tube d’air « refont surface », la pressurisation est immédiate, on respire enfin. Il s’est passé moins d’une minute.

Personne n’a oublié ces situations de « marche au schnorchel » où le sous-marin est extrêmement vulnérable, détectable au radar, au bruit, à la vue (mâts et gaz d’échappement) ; ni cette limite fatidique des 200 mb de dépression génératrice de l’alerte.

Notre ami Richard MATHIEU, comme nous tous, s’en souvient fort bien et il nous relate cette situation dans un excellent témoignage présenté dans la revue « La Baille » N° 337 d’octobre 2017, présentée par l’AEN*.

Dépression, nuage de condensation et ectoplasme…

 

*Association des anciens élèves de l’Ecole Navale.

La présentation de ce témoignage se fait avec l'aval de son auteur.

Novembre 2017

 

 

Jobic

 

Depuis la nuit des temps le chien et l’homme sont liés par un contrat d’amitié qui jamais n’a failli. Que l’homme soit à terre ou en mer, son ami le chien est toujours présent, prévenant, fidèle et dévoué. Les sous-marins classiques ont quasiment tous embarqué ces petits compagnons qui, au-delà d’être la mascotte du bateau, avaient un rôle vital pour les hommes : de par leur petite taille ils se trouvaient près du plancher et ainsi étaient les premiers à « détecter » la présence de gaz lourds comme le dioxyde de carbone (CO2), incolore, inodore et considéré mortel à partir d’un certain taux*. A partir de 1%, le petit chien alors incommodé « donnait l’alerte ».

Le Narval n’a pas échappé à la règle avec, dès l’armement à Cherbourg, l’embarquement de Jobic. Voici donc quelques témoignages de Vieux Loups qui ont connu et choyé le sympathique Jobic, membre à part entière de l’équipage du Narval.

Septembre 2017

 

* L’air contient environ 0,04 % de CO2. À partir d’une certaine concentration dans l’air, ce gaz s’avère dangereux voire mortel. La valeur limite d’exposition est de 3 % sur une durée de 15 minutes. Cette valeur ne doit jamais être dépassée. Au-delà, les effets sur la santé sont d’autant plus graves que la teneur en CO2 augmente. Ainsi, à 2 % de CO2 dans l’air, l’amplitude respiratoire augmente. À 4 %, la fréquence respiratoire s’accélère. À 10 %, peuvent apparaître des troubles visuels, des tremblements et des sueurs. À 15 %, c’est la perte de connaissance brutale. À 25 %, un arrêt respiratoire entraîne le décès.

 

 

E 48 et bien plus...

 

Il est de ceux qui ont fait l’armement du Narval, de la trempe des Grands Vieux Loups comme nos amis Jean VANHILLE, Benjamin ARTUS, Bernard LOUZEAU, Yves CAHEN, Maurice PENNEC, et bien d’autres, qui restent les pionniers de la sous-marinade française d’après-guerre. Et à plus de 81 ans notre ami Jocelyn DE LA TAILLE n’a rien oublié de sa sous-marinade et de son aventure à bord de notre fier Narval de 1955 à 1957. Jocelyn est toujours émerveillé de lire et relire les documents concernant le Narval, et comme s’il avait débarqué hier, il reste intarissable de souvenirs très en détails techniques. Il nous parle du projet « E48 »… et bien plus encore.

Juin 2017

 

 

Ourson Blanc

 

Mai 1983, le Narval s’en est allé pour sa dernière « marée », sa dernière patrouille, sa dernière participation active à la défense de notre pays. Cette dernière mission est baptisée « Ourson Blanc » et se déroule dans le nord de l’Atlantique avec 461 heures de plongée ; Emmanuel JANSSEN en était le Pacha, Michel PELTIER le Président. Pour « immortaliser » cette dernière aventure, les Loups du Narval ont réalisé un « book », un album souvenirs dans lequel ils présentent nombre de photos qui marquent ces derniers instants « opérationnels », avec le passage de la ligne (Cercle Polaire) et toutes les frasques imposées par un rituel immuable.

Il est fait état de l’émouvante dernière sortie de ce fier vaisseau avec 14 de ces commandants, puis de la remise de médailles dont la plus belle revenait sans conteste à ce sous-marin qui a marqué à tout jamais tous les hommes qui l’ont armé et servi avec honneur et fierté. Et enfin, les réjouissances avec les familles des Loups. 

Les photos de cet album sont des copies des originaux, d'où une qualité très moyenne. Les photos originales sont détenues par notre ami Christian BACH qui reste être un Loup toujours recherché.

Février 2017

 

 

Une traversée mouvementée

 

Premier sous-marin d’après-guerre de construction entièrement française, le Narval a effectué une multitude d’essais, à Cherbourg, Lorient et Toulon. Sa descente vers Toulon fin 1956 fut donc sa première grande navigation. Et après son épique première plongée au printemps de cette même année, le Narval et ses hommes vivaient durant cette descente en Méditerranée de nouvelles péripéties que notre ami Benjamin ARTUS, et ses camarades, n’ont pas oubliées.

Novembre 2016

 

 

 Sauna 65

 

En octobre 2014 vous était présenté le témoignage d’André DELOINCE - Cdt du Narval - en ce qui concerne la croisière SAUNA de 1965 – voir plus bas "Sous la Banquise". Ce voyage sous les glaces est resté inoubliable, et le Second du Narval, notre ami Claude CAILLART nous livre une analyse complémentaire de celle du Commandant, moins technique et plus humaine.

Dans cet article, les mots en noir gras sont des liens à visiter.

Septembre 2016

 

 

Dudu

 

En juin 2015 je rencontrais, sur le net, Patrice DHUMETZ. Patrice est le fils de Daniel DHUMETZ "Dudu" qui a été embarqué sur le Narval dans les années 1970-71, il était "Torpilleur". Dudu nous a quitté le 28 janvier 2008, et c'est avec simplicité, franchise et respect que Patrice nous présente son Papa.

Janvier 2016

 

 

Barèges

 

Des missions que le Narval et ses hommes ont pu remplir pour préparer l’arrivée de la Force Nucléaire, il en est une peu commune pour laquelle seule une poignée de Loups était engagée.

Mission : Tester un nouveau lieu de villégiature. Et ce qui, au premier abord, peut sembler facile et agréable réserve tout de même quelques surprises… Ce qui d’ailleurs ne fait que renforcer l’indélébilité des souvenirs. Notre ami Bernard GOUESBET « Philibert » nous avoue en avoir laissé sa mémoire.

Dans cet article, les mots en noir gras sont des liens à visiter.

Des photos seront présentées dans "Album Photos - La Meute - 1960-1970".

Décembre 2015

 

 

Narval - Première

 

Première, comme le clap d’un début de carrière, celle de notre ami Guy BAILLY qui relate une scène digne d’un film catastrophe. Avec le Narval en guise de plateau et 70 acteurs dont 7 jeunes, tout frais sortis des écoles, qui auraient pu jouer leur première et dernière scène. Sauf que…, ce n’était pas un film. Action… Réaction… !

Septembre 2015

 

 

Le Tordu      -      Le Tordu refondu  

 

Les Loups présents lors de La Narvalaise 2014, qui s’est déroulée à l’issue de la JSM de novembre 2014 à Lorient, ont eu le privilège d’assister à la présentation, par notre ami Jean-Louis LANCIEN "Job", du sous-marin "Le Tordu". Une avancée technologique dont tout le monde doit être informé, aussi le concepteur vous donne dans ce document tous les éléments et caractéristiques de sa réalisation.

Août 2015

 

Le Tordu a subi une refonte, des modification majeures ont été apportées. Elles sont présentées dans un communiqué des envoyés spéciaux en mission aux Chantiers du Soizigland: "Le Tordu refondu". Des essais ont été réalisés, et La Narvalaise, qui a l’exclusivité de la diffusion de tout ce qui est afférant au Tordu, vous propose un compte rendu filmé dans "Médiathèque - Vidéos".

Octobre 2015

 

 

 

La Grande Plongée

 

Il est l’un des tout premiers Loups à avoir armé notre fier Narval, tout frais débarqué de l'Artémis.

Notre ami Jocelyn DE LA TAILLE nous relate la plongée de longue durée, première du genre, qu’il a, alors jeune marin, effectué avec le 3ème de la série des "Narval": le Dauphin. A le lire, il semblerait que cela s’est passé hier, tellement les détails sont précis et le souvenir intact.

Malgré les années qui passent, un Loup n’oublie rien de son vécu.

Dans cet article, les mots en vert gras sont des liens à visiter.

Août 2015

 

 

Sous la Banquise

 

Dans sa longue et belle carrière le Narval a toujours été des plus intéressantes expériences avec en particulier cette mission qui consistait à observer le comportement d’un sous-marin en mers froides. Ce fût la croisière SAUNA, qu’il effectua en 1965 avec son sister-ship le Dauphin. Une mission qui a marqué les 65 Loups qui l’ont effectuée, à commencer par le CC André DELOINCE alors Commandant du Narval. Ce Commandant nous livre ses souvenirs, à la mer et à terre, de cette Mission SAUNA. Le Contre-amiral DELOINCE nous a quitté en 2003.

Octobre 2014

 

 

Le Narval à Dennis

 

L’écriture, le diaporama, sont des supports que les Loups utilisent pour exprimer leurs souvenirs, et La Narvalaise en permet le partage. Notre ami Dennis HOWLEY, lui, a choisi les images et la vidéo. Au travers de photos personnelles ou glanées ça et là, Dennis nous propose de découvrir les moments forts de son passage sur notre fier vaisseau, au tout début de sa longue et belle carrière. Nous nous y reconnaissons tous, merci Dennis. Réalisation : Dennis HOWLEY – Musique : Will Ye Go Lassie Go (Celtic Spirit) et Celtina (Alain Barrière).

Mars 2014

 

 

Bobo en mer

 

Nous savons tous qu’à bord des sous-marins classiques il n’y avait pas de médecin embarqué (ou très rarement), au mieux un infirmier, et encore, uniquement pour les longues patrouilles. Pourtant, indépendamment de la durée des périodes en mer, les risques de blessures et de maladies existaient bel et bien ; mais le manque de place à bord « justifiait » cette absence de représentant du corps médical. Alors durant les séjours en mer, que faire en cas d’accident ou de maladie, quels gestes et actions à effectuer en cas d’urgence, quels médicaments ou traitements administrer… ? Autant de questions que nous ne nous posions pas, … pas le temps. Nous savions, comme une évidence, que la fonction de « médecin en mer » revenait à l’Officier en Second, et nous avions confiance tout simplement…, confiance surtout en notre bonne étoile pour ne pas tomber malade ou se blesser gravement. Ces Seconds étaient tous des techniciens et en aucun cas des thérapeutes, mais ils étaient tout de même briefés un minimum par le biais d’un stage en structure médicale. Stage de type ATMSI (Apprentissage aux Techniques Médicales en Situation d’Isolement), qui leur conférait le droit (devoir) de se muer en « soigneur » n’ayant  pas d’autre choix que de savoir diagnostiquer et intervenir rapidement en cas de nécessité.

Ce temps est révolu, car maintenant à bord des sous-marins (tous) nucléaires, des médecins et infirmiers sont partie intégrante de l’équipage et ils disposent de structures et matériels idoines permettant des interventions chirurgicales importantes de type appendicectomie, entre autres. Un corps de métier qui est considéré comme étant le plus paisible du bord…, mais cela reste à vérifier...

Et pour en revenir à nos sous-marins classiques, il faut savoir que le moindre « bobo » pouvait prendre des proportions importantes : les maux de dents devenaient une vraie torture avec les effets de dépression lors de marche au schnorchel, à se fracasser la tête contre les cloisons ; une petite plaie (coupure, brûlure) pouvait rapidement s’infecter gravement de par l’insalubrité de l’air ambiant, vicié par les vapeurs de gasoil et/ou d’huile, etc. ; l’hygiène était précaire. Ainsi, pour répondre avec efficacité aux hémorragies, fractures, points de suture, brûlures, ou autres dentisteries délicates, il fallait être solide, tant pour le patient que pour le thérapeute. Le petit matériel d’intervention était aseptisé certes, mais le simple fait de le sortir de son blister, inhibait cette protection sanitaire. Cependant, en général tout se passait relativement bien.

En mer, nous avons tous vécu ou été témoins de situations faisant appel aux prouesses « médico-réparatrices » de nos praticiens occasionnels. Voici donc en la matière, l’expérience et le souvenir indélébile de notre ami Patrice VIOLA « Bill », Loup d’une autre meute et fervent « follower » de La Narvalaise. Témoignage qui engendre indubitablement bien des souvenirs à tous les Vieux Loups. Merci Bill.

Mars 2014

 

 

Biloute

  

Du pur, du vrai, du vécu… ou le témoignage d’un Vieux Loup du Narval qui ne revendique quelconque talent d’écrivain ou de narrateur, mais qui a bien mieux. Il nous présente son vécu durant sa première année de futur Jeune Loup au travers de la correspondance échangée avec sa famille. L’authenticité indiscutable de cette magnifique correspondance sui generis impose le respect et la discrétion, l’anonymat de notre camarade est donc préservé et c’est l’ami Biloute qui signe les missives. Tout y est : joies, craintes, désirs, volontés, surprises, découvertes …, tout ce que chacun de nous a vécu au sortir de l’adolescence alors que nous avions fait le choix du chemin de l’aventure, de l’inconnu et du service. Ce chemin, générateur de valeurs, dont « l’aptitude à suivre » qui nous était conférée nous rendait fiers… ; ce chemin dont nous ne sommes jamais sortis.

Ecrits : Biloute – Réalisation, mise en page, illustration : La Narvalaise – Musique : Story of my life (One direction), interprétation guitare sèche de Sungha Jung.

 

Détails : pour optimiser la lecture de cet article/diaporama il est, comme pour tous les diaporamas de La Narvalaise et en particulier pour celui-ci, conseillé de visionner en mode « plein écran » (en haut à droite de l’écran) et d’utiliser la molette de votre souris pour ajuster la loupe de lecture. Le son sera activé pour apprécier le fond musical.

Vous sont proposés deux types de lecture : pour lire le dossier dans son intégralité, il suffit de cliquer sur le titre « Biloute » ; mais si vous désirez ne lire que les derniers courriers postés par notre ami, il suffit de cliquer ici : Dernières nouvelles de Biloute.

 

Si, à la lecture de ces lettres, il arrivait que notre Vieux Loup/auteur soit reconnu, il serait alors respectueux et vivement recommandé de n’en exprimer mot.

Février 2014

 

 

Le Narval, Jocelyn et Napoléon

 

A l’aube de ses 85 ans notre ami Jean VANHILLE n’a rien oublié de son passage sur le Narval. De 1955 à 1959 il en a fait l’armement, il était de l’équipe qui a vécu l’épique première plongée. Plus de cinquante années après et avec bonheur, Jean nous relate ce vécu marquant dans ce petit recueil où l'occasion lui est donnée de rendre hommage à de vrais héros.

C’est tout à son honneur et cela force le respect.

Novembre 2013

 

 

Souvenirs, souvenirs 

 

Voici un florilège de souvenirs et de témoignages : des aventures rudes et cocasses, parfois délicates, souvent drôles, vécues par les Vieux Loups à bord des « Narval » et du Narval ; il y a 40, 50 ans voire plus, à l’époque de la « sous-marinade à voile » comme disent les plus anciens. Nous nous y retrouvons tous. 

Ce recueil d’anecdotes est réalisé par Jehan MARION - Archiviste de l'AGASM, vous pouvez également le lire dans le N° de Plongée, spécial Narval.

Avril 2013

 

 

Sonobuoys 

 

Lors d’une conférence sur les sous-marins que je donnais dernièrement au Rotary Club devant un auditoire intarissable de questions techniques ou pratiques et inassouvissable  d’anecdotes, j’ai eu l'honneur de rencontrer un Monsieur particulier… Ou quand le chasseur chassé rencontre son chasseur…! 

En effet, André DIGO, qui porte très bien l’âge honorable de nos pères, était un chasseur de sous-marins et utilisait le plus efficace stratagème de ses proies : l’écoute. « Oreille d’or » pour ma part et « Oreille indiscrète », comme il se qualifie, nous avons parlé « écoute », et nous nous sommes fort bien…entendus. 

D’une très belle plume, notre ami André nous fait part de son expérience au « contact » des sous-marins avec les maudites sonobuoys. Une magnifique rencontre avec André, un homme exceptionnel.

Mars 2013

 

 

Souvenez-vous 

 

Un très beau texte que nous propose un Vieux Loup des classiques. Notre ami Guy CLAUER était d'une autre meute, sa très belle plume nous fait revivre les moments forts, tendres et rudes que tous les Loups ont connu, vécu. 

Ce texte est lisible (en partie) dans d'autres publications: net, encyclopédie, etc., mais La Narvalaise vous le propose dans son intégralité. 

 Merci Guy "Cloclo". 

Février 2013

 

 

Naissance d'un Loup

 

Notre ami Daniel CHERY nous explique son chemin et son intégration au sein de la meute. 

Février 2013

 

 

Première Plongée

 

Benjamin ARTUS, l’un des tout premiers Loups de notre fier vaisseau, nous dit : "J'ai connu le Narval dans sa vie antérieure, ayant eu le privilège de participer à son premier armement et à sa longue période d'essais... J'en garde un souvenir inoubliable, tant ce bateau avait en effet un équipage tout à fait exceptionnel. On dit parfois que les bateaux ont une âme, eh bien le Narval en avait une. L'ambiance y était alors extraordinaire et l'esprit qui nous animait est resté intact de sa marquante première plongée jusqu'à sa dernière en juin 1983".

Benjamin à fait un second passage à bord du Narval, en 1970: "A cette époque, je connaissais le L.V. François QUÉRAT depuis presque dix ans pour l'avoir vu embarquer sur le Marsouin comme jeune enseigne et il avait, en tant que Commandant du Narval, accepté de me prendre à son bord pour la croisière du froid, dans le cadre de ma formation de Chef de Quart".

Dans cet article, les mots en rouge gras sont des liens à visiter.

Ci-dessus, un autre témoignage de cette première plongée nous est présenté par Jean VANHILLE dans "Le Narval, Jocelyn et Napoléon".

Novembre 2011

 

 

 



12/02/2013
124 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 270 autres membres