La Narvalaise

La Narvalaise

Deux..., Deux...

Deux..., Deux...
Deux..., Deux... :

1970 - Hourtin. Souvenez-vous Vieux Loups... Ces baleinières que nous armions à 10 ou 12 bébés-marins, avec pour chef de bord/barreur l'Officier Marinier Chef de section, supposé provoquer l'adhésion totale de l'équipage et garantir une ramerie sans faille... pour naviguer en toute quiétude sur le Lac d'Hourtin-Carcans qui, avec ses 57 km² est le plus grand lac naturel de France.

Il nous fallait "tirer" fort sur ces leviers, composés d'un long manche en bois prolongé d'une palette, appelés "avirons" qui servaient à propulser ces maudites baleinières. Ces avirons, maintenus en place par des colliers dans des éléments en U appelés "dame de nage" ou encore "toletière", pivotaient sur le plat-bord de la barcasse et nous cassaient les bras.

Deux..., Deux...





Commentaires

  • Didier LANOY 159 messages

    Au GEM, EAMF, dans la darse l'aviron était plus lourd que moi. Dur dur pour le soulever à l'arrivée à quai !

    • pepe 79 237 messages Site web/blog

      CFM Hourtin - Février 1966 - 8ème compagnie - Formation maritime.....
      A 17 ans et demi, sportif, le canot, deux deux, du plaisir... Mais bonjour les ampoules... Alors pour soulager, je mettais des chaussettes aux mains.
      Mais il y avait un challenge inter compagnie : le cross canot. Deux équipes par compagnie ; une qui partait du CFM en canot pour relier un point sur le lac dont j'ai oublié le nom et l'autre qui partait en courant pour rallier ce point et le relais se faisait, les coureurs devenaient des marins et les marins des coureurs. Et les tenues..., des chaussures de sport qui ressemblaient à des savates et le short gris. Bref nous avons gagné... Quelle joie que d'offrir la coupe au Capitaine de compagnie, un Officier des équipages, comme tous les Capitaines de compagnie de l'époque, Canonnier ou Fusilier, qui nous a récompensé en nous offrant un pot au foyer..., une boisson hygiénique de l'époque, coca, cacolac, orangina, ricklès.
      Après cette période, terminé les avirons...,même au CPER cette discipline n'était pas au programme... Le CPER c'est une autre histoire..

      • pinus 102 messages

        Je me rappelle avoir vu les scoots sur ces canots en Penfeld, fin des années 90.

        • Jean-Gabriel 1029 messages

          Bonjour les amis,
          Pour ce qui est des détails techniques de ces canots, AMERAMI nous dit tout. Merci Dominique ;-)
          Ici : https://amerami.org/prince-eric/

          • Seraf 36 messages

            Comme quoi c'est pas gai de ramer !

            • gégé 298 messages Site web/blog

              Dans la Marine Nationale on ne rame pas ..... On nage !!!

            • kerhornou 99 messages

              Gégé, c'est quoi : "lève rame" ??????

            • gégé 298 messages Site web/blog

              Mon bon Riton,
              Avec tes questions à la con tu aurais pu faire Bosco. Ce matin nous parlions de toi au téléphone avec Daniel GILL et de l'épisode avec Bébert AUDAIRE... Enlève tes lunettes !!!!!

            • MISSLER 164 messages

              Gégé, tu as parfaitement raison, dans la Marine Nationale on ne rame pas, on nage; c'est dans la biff que l'on rame.
              René MISSLER

            • Jean-Gabriel 1029 messages

              En fait, c'est surtout après la Marine que l'on rame...!!!!!

            • MISSLER 164 messages

              Jean-Gabriel, tu as parfaitement raison.
              Deux mois après la fin de mon engagement Marine, je rempilais dans la Gendarmerie Nationale.
              Stage au quartier Napoléon à Berlin, statut occupation. Emploi du temps de 06 à 22 heures + garde de nuit. 20% d'instruction "gendarmique", 80% d'instruction militaire. Etudes et tirs toutes armes, lesquels en bordure forestière du secteur soviétique, conduite et permis de conduire P.L., engin blindé semi-chenillé, automitrailleuse blindée (AM 8), ordre serré 2 heures/jour, tout cela par température de - 25° C en janvier et février 1960.
              Au retour dans soirée, draps et couvertures du lit des anciens marins jetés par la fenêtre du 1er étage, "Ils ne savent pas faire un lit au carré". Les Officiers et gradés ont fait ramer les anciens marins mais nous leur avons démontré que nous savions subir parce que nous avions fait la Marine Nationale.
              Sur 124 élèves gendarmes, 43 démissionnaires dans les 15 jours mais pas un seul ancien marin.

            • patrick pezzutti 51 messages

              Yessssss !!!!!!!!!!!

            • gégé 298 messages Site web/blog

              Non, pas vraiment, après la Marine on peut tout faire!!! Et un Marin n'est jamais perdu entre Languidic et la Guadeloupe!!!!!

          • barathon 56 messages Site web/blog

            Pour ce qui est de casser un aviron, j'ai eu la démonstration par un Bosco aux Mousses qui d'une main à tous les coups le cassait. La raison ?

            • La Puce 29 messages

              J'ai bien cassé un aviron à l'ordre "scie partout", mais pour autant je n'ai pas eu de permission mais plutôt une corvée supplémentaire.

              • gros jean luc 142 messages

                J'ai une sainte horreur, de cette activité Pour moi les galères romaines c'était de l'histoire très ancienne. J'avais l'impression de faire un "remake"de Ben-Hur".
                A croire que les seconds Bosco n'étaient pas des tendres... Le mien s'appelait KERSAO, il a terminé sa carrière à la BSM de Lorient, j'ai eu le loisir de lui dire ses 4 vérités un jeudi midi, trop heureux !!!!!

              • Penbreuz 58 messages

                Moi ce qui m'a toujours surpris c'est que dans la Marine il n'y a que des avirons et notre instructeur Bosco hurlait "Lève rames" !!!

              • Bernède Yves 352 messages

                Si on ne ramait pas en cadence, le SM TREUPEL amarrait une ou deux baleinières, qu'il fallait remorquer, ça calme !!!

                • Faugere 127 messages

                  Oui en effet, 16 tonnes...? Cela paraît beaucoup..., je ne suis pas affirmatif, si quelqu'un a l'info ?

                  • Serge hoyez 5 messages

                    Si mes souvenirs de février 1972 sont exacts leur poids était de 3,5 t., un aviron dans les 15 kg et quand nous étions bien lancés et qu'il fallait faire "scie" partout attention les bras et les gencives.

                  • Bobby 8 messages

                    16 tonnes, ce n'est pas réaliste, il manque une virgule entre le 1 et le 6 ! Mais 16 était le nombre de rameurs, sauf en novembre 69 où il y avait 14 rameurs et 2 piqueurs de glace !!!

                • MOREL Pierre 120 messages

                  Pour les mains de bébé ampoules assurées !!!

                  • MISSLER 164 messages

                    Poursuite de la description de H2R sur Hourtin Marine en 1954.
                    Octobre à décembre.
                    06h30 - chaque matin il faut, au son du clairon, sauter en bas du hamac sinon c'est "peau de bouc" et "gnouf" assurés. Toilette et petit déjeuner rapides, puis poste de propreté.
                    07h45 - appel, 08h00 - rassemblement et cérémonie aux couleurs.
                    08h15 - instruction militaire, matelotage, ordre serré ou .......... CORVEE : Il s'agit de déplacer sur 50 m., à l'aide de brouettes, plusieurs tonnes de houille qui servent à alimenter les chaudières d'un immense ancien hangar d'hydravions transformé en réfectoire.
                    Le lendemain, c'est l'inverse.
                    La garde au bord du lac :
                    Le même soir, à compter de 20h00, la compagnie est disséminée en factionnaires, un tous les 250 m., le long des rives du lac pour empêcher toute pénétration sur le terrain militaire. Peau de bouc à celui surpris en train de dormir et ne fait pas les sommations d'usage.
                    Pourquoi toutes ces mesures ? Je l'ai compris plus tard sur les bateaux. Il faut endurcir les néophytes. La Marine Nationale n'a pas besoin de mauviettes.
                    Nos Off. et O.M. rentraient de campagnes en Indochine et le 1er Novembre 1954 commençait l'insurrection en Algérie. Ceci explique cela.
                    René MISSLER

                    • jeanpif 28 messages

                      Et n'oublions pas la corvée des cochons !!!

                    • MISSLER 164 messages

                      Bonjour jeanpif,
                      Tu as bien fait de le rappeler, je ne me souviens plus de ce détail. Nos responsables étaient donc écologistes avant l'heure, rien de perdu. C'eût été dommage de gaspiller les résidus alimentaires compte tenu de l'importance du volume. Et puis, nous étions en pleine campagne, au bord d'un grand lac, personne ne pouvait être gêné.
                      Et, pendant ce temps-là, à Toulon, la darse des sous-marins se remplissait de canettes vidées et défenestrées par des sous-mariniers assoiffés du bar du Béarn tant et si bien que, lui-même et sa conserve la vieille Junon, ne flottaient plus mais reposaient sur un lit en verre.

                  • castelot christian 48 messages

                    J'aimerais, si c'est possible, avoir la confirmation du poids de ces baleinières. 16 tonnes, cela me parait beaucoup !?

                    • Faugere 127 messages

                      Bonjour,
                      Les "barcasses", si je ne me trompe pas, et si mes souvenirs sont exacts, pesaient 16 tonnes, elles venaient de l'ancienne Jeanne d'Arc où leurs vocations étaient de servir de chaloupes de sauvetage. Deux, deux...

                      • Gégène 70 messages

                        Oui, janvier 1970 j'y étais. Celui qui casse un aviron a une 48h. Elles étaient solides ces rames.

                      • Rene MARIN 57 messages

                        A l'école des Mousses en 1964 à Brest, il y avait les mêmes, très bon pour la musculation des bras et des abdos. Et il fallait suivre la cadence : deux, deux... !

                        • H2R 42 messages

                          Ah ! Hourtin...
                          Arrivé le 18 février 1974 de Tours à Bordeaux en train, puis en bus jusqu'à Hourtin, avec quelques camarades.
                          Dépaysement total pour moi qui sortait d'une vie calme (famille, fac de sciences éco.)...
                          Souvenirs en vrac : 10ème compagnie, 60 par piaule, lits superposés sur 3 niveaux, vareuse dans le pantalon, corvée "cochons", ordre serré et.. bien sûr matelotage sur ces baleinières par un temps qui ne connaissait pas encore le "réchauffement climatique".
                          Mais que des bons souvenirs !
                          Par la suite, on se moquait gentiment de ceux qui passaient par Querqueville : marine "chocolat" !

                        • Didier LANOY 159 messages

                          Aux arpètes on nous disait que si on cassait une nage nous aurions une permission, ou la double !!!!

                          • Didier LANOY 159 messages

                            Je croyais que l'aviron s'appelait une nage dans la royale...?

                          • MISSLER 164 messages

                            Arrivée à Hourtin Marine le 25 octobre 1954 à 08h00 avec tout un contingent d'engagés volontaires et en rang.
                            Sitôt le dernier rang passé la barrière, halte ! Ouverture des valises : toute bouteille ou flacon était cassé sur le bord du trottoir, couteau et ciseaux confisqués. En 2 heures de temps, treillis, godasses et hamac perçus, douches et en ligne, une dizaine d'un seul coup, passage chez le coiffeur. Tous ceux qui n'étaient pas breton = "la boule à zéro". Toute la journée et jusqu'au repas du soir, activités diverses, matelotage et atelier militaire. Première nuit dans des hamacs disposés sur trois niveaux, serrés comme sardines en boîte. Le lendemain, ceux à qui cela ne plairait pas, peuvent rejoindre leur foyer. Jocelyn DE LA TAILLE, matricule 5790 T 54 - René MISSLER, matricule 5788 T 54 et bien d'autres ont signé !
                            Mais, quelle prise en main ! Je n'ai jamais regretté, Jocelyn non plus.
                            René Missler

                            • tactac72 (visiteur)
                              tactac72 (visiteur) · 4 juillet 2013

                              Février 1972 à Hourtin. Les joutes: que du bonheur !!!!!! Les mains glacées, les ordres aboyés. Ca commençait fort....

                              • cricri

                                J'ai eu le bonheur de revenir à Hourtin en 2008 ou 2009, j'ai réussi à voir une visite organisée par le propriétaire Belge. Le gardien, un homme fort symphatique et le gardien du musée de Hourtin également. C'est grace à lui que nous avons eu la chance de revisiter Hourtin, nous avons été les derniers visiteurs.
                                Des photos, j'en ai: je les envoie à Jean.

                                • Bosco22 100 messages Site web/blog

                                  Salut Jean-Gabriel,
                                  C'est peut-être pour ça que j'ai pris la spé Manoeuvrier?! Mais que des bons souvenirs.