La Narvalaise

La Narvalaise

Top - bien pointé !

Top - bien pointé !
Top - bien pointé ! :

Janvier 1974 - Robert ZIMMERMANN au C.O. - Zim au plott, sur la table traçante on reconnaît le compas de vitesse, la règle de vitesse, la règle Cras.

Plott - en anglais: Plotting Table --> Table Traçante.

Règle Cras - créée par Jean CRAS (prononcé CRAZ) , Amiral et pianiste compositeur français.





Commentaires

  • CHERY Daniel
    CHERY Daniel · 19 décembre 2012

    Oui, avec Zim nous étions les "DSM Calcul".
    Rappel: il y a deux "sortes" de DSM, les "Calcul" et les autres...
    Les "Calcul" sont des Dsm avec un peu de sang de "Torp"... On s'occupait, entre autres, de maintenir la charge batterie des torpilles: elles étaient alors en "biberonnage" ...

    • Jean-Gabriel 1387 messages

      Notre ami Daniel fait état du "biberonnage" des torpilles. Il me semble que cela consistait à l'entretien des accus des torpilles...!?
      Mais je demande aux "Dsm Calcul" que sont nos amis Daniel et Zim de nous en dire un peu plus...
      Pour les bambins c'était aussi une question "d'entretien"... ;-)

      Merci Foudroyant/Fernand... ;-)

      • pelabon Jean marc 93 messages

        Le but de ce biberonnage était de maintenir la batterie de la torpille à sa capacité optimale en lui envoyant un courant d'entretien pour compenser la décharge naturelle de la batterie comme toute batterie qui se décharge même si elle n'est pas utilisée. Les L5 ont été ensuite les premières torpilles à "pile" où les éléments étaient séparés de l'électrolyte. Au stockage l'électrolyte qui était de la potasse concentrée, était stockée dans un réservoir. Au moment du lancement, cette potasse était envoyée par une rampe de distribution vers les éléments de la pile qui, alors au bout de quelques secondes, délivrait une tension nominale de 275 volts.
        Pour les L5 d'exercice, ces piles étaient remplacées par des batteries par soucis d'économie puisque les batteries pouvaient être rechargées et ré utilisées après les tirs d'exercice alors que les piles étaient à usage unique et bien sûr onéreuses.

      • Seraf 59 messages

        Le biberonnage des torpilles consistait à l'entretient de la charge des batteries torpilles. Chaque torpille était reliée à l'aide de leur câble à un coffret dit "coffret de biberonnage" situé sur les 1200 t et SNLE sur la cloison arrière (bâbord et tribord) du poste torpilles et pour les 800 t à l'avant du poste à bâbord et tribord. Il y avait donc autant de coffret que de torpille. Chaque jour, des relevés étaient effectués par l'adjoint DSM Calcul (tension et isolement) généralement pendant le poste de propreté (rusés les DSM Calcul) mais ces relevés n'intéressaient pas grand monde évidemment... Et pourtant en 1963 sur l'Espadon (à quai), une torpille Z13 en biberonnage pris feu. L'incendie pu être maîtrisé par arrosage en eau et injection de CO2 à l'intérieur de la torpille.

    • foudroyantbleu
      foudroyantbleu · 19 décembre 2012

      Vive La Narvalaise !

      • Daniel CHERY
        Daniel CHERY · 19 décembre 2012

        C'était le temps où avec Zim on donnait le biberon aux torpilles, et en rentrant à la maison aux bambins .............