La Narvalaise

La Narvalaise

Gros poisson

Guy PARANTHOEN - Pierre BARATHON

 

* Nous sommes le lundi 26 janvier 1976..., tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Un brave chalutier loctudiste, le "P'tit Quinquin", besogne sur le plateau continental...

Alors que sur le fond de ce beau et large plateau, navigue un gros poisson...

 

Quand d'un coup, ce gros poisson est pris dans le chalut du "P'tit Quinquin"... Il est 15 h 15...

 

Robert, le Patron pêcheur, reste à penser que la pêche sera aussi miraculeuse que la vitesse à laquelle l'entraîne sa prise....Heureux comme.....le pape, le Robert.

- Gast...!!! (Oh, putain...!!!, en français).

 

Mais fort heureusement l'excellente réaction du matelot pêcheur coupa court à cette prise "embarrassante".

- Dre chañs...!!! (On a eu du pot...!!!, en français).

 

Dur, dur, d'être un "P'tit Quinquin"...

 

Le P'tit Quinquin. Kérity, Le Guilvinec, Lesconil, Loctudy et St Guénolé sont les cinq ports du quartier maritime du Guilvinec dont les bateaux sont immatriculés en GV.

 

Document presse confié par Guy PARANTHOEN.

 

 

 

* Notre ami Gilles WAYMEL, alors Commandant du Narval, nous explique comment et pourquoi un tel incident peut se produire:

 

  Les activités d'entrainement à la lutte anti-sous-marine avec les hélicoptères nous amenaient régulièrement à opérer dans les secteurs proches de la côte au sud de Penmarch (distance de la base Aéro de Lanvéoc oblige).

    Par beau temps les pêcheurs déboulaient nombreux dans nos secteurs. Aucun dispositif, destiné à alerter le sous-marin en exercice que le secteur était envahi de plus en plus, n'avait été défini.

    A mon retour à l'escadrille j'avais indiqué que j'avais compté plus de cinquante petits chalutiers dans un rayon de 5 nautiques. Dans de telles situations un sous-marin peut se faire enfermer dans une situation piège.

    Le Narval ne fut pas le seul sous-marin de Lorient à se faire piéger dans de telles circonstances. L'important était de faire surface pour s'assurer que de part et d'autre la situation était sous contrôle, d'établir un contact avec le patron du chalutier (ce 26 janvier 1976 il n’y eut heureusement que des dégâts matériels).

   A noter qu'après déposition du patron au  quartier des affaires maritimes la Préfecture Maritime dédommageait financièrement le propriétaire du chalutier.

 

Gilles WAYMEL - Commandant du Narval

 

P.S. :  A bord du Narval était embarqué le L.V. Yves LAGANE, qui, trente-cinq ans plus tard alors qu'il était président de la SNSM, retrouva le patron du P’tit Quinquin, Jean-René LE QUEAUX, lui-même président de la station SNSM de Loctudy..., quelques souvenirs furent bien sûr échangés...

 

 

 

* Voici de quoi corroborer les écrits de notre ami Gilles lorsqu'il précise que le Narval n'a pas été le seul ni le premier à vivre ce genre de mésaventure, car en 1961/62 le Marsouin s'est trouvé dans la même situation qui elle aussi avait fait l'objet d'un entrefilet dans Ouest-France.

 

 Document presse confié par Michel PAULMIER.

 

 

 

* Peu de temps après le Narval, en 1963, c'était au tour du Requin d'être "bercé" dans un chalut. S'il avait fallu choisir la date de cet incident, le destin ne pouvait pas faire mieux... L'affaire était couverte le jour même par Le Télégramme de Brest.

Mais le Requin n'en était pas à sa première aventure, car deux mois plus tôt il disparaissait corps et biens... Si, si..., c'est La Liberté du Morbihan qui nous le dit.

 

Documents presse confiés par Michel GANDOIS - Loup d'une autre meute.

 



17/01/2011
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 270 autres membres