La Narvalaise

La Narvalaise

Roland Morillot = bateau des voyous ?

28 appréciations
Hors-ligne
Pour ma connaissance personnelle,  je souhaiterais savoir  pourquoi le S 613 a reçu cette qualification de "bateau des voyous".
De novembre 1956 à juin 1957, j'y étais affecté en qualité de Détecteur juste avant d'être nommé QM 2 à bord du Requin.
Plusieurs anciens Loups du Narval l'ont eu comme première affectation comme moi. Ex U 2518 allemand en 1944, il a été cédé à la France en 1946.
Intégré à la Marine Nationale sous le numéro S 613, il reprend du service sous le nom de baptême Roland Morillot.
A son actif, il  servit de modèle technique lors de la reconstitution de la flotte sous-marine française de l'après Seconde Guerre Mondiale. Son équipage, à mon avis bien entraîné, tenait le choc et ses éléments  pour beaucoup ont fourni l'armement des sous-marins nouvelles générations dont le Narval à compter de 1956.
Merci à celui (ou ceux) qui me renseignera en toute amitié sur cette question.

26 appréciations
Hors-ligne
Notre ami feu Jean-Paul KRINTZ était un Vieux Loup du Roland Morillot, il y a consacré un site internet. Il qualifie, lui aussi, le U 2518 de "bateau de voyous", mais je n'en ai pas trouvé l'explication...
Site de Jean-Paul : http://sous-marins613.blogspot.com/

Par ailleurs et pour rappel, Jean-Paul a consacré toute son "après Marine" à la recherche de la vérité quant au drame de la Minerve, sur lequel il était embarqué et resté à quai lors de la disparition de ses camarades.

1 appréciations
Hors-ligne
MABILEAU : ex Dauphin,
Le 1er janvier 1957 j'embarquais sur le Roland Morillot réputé être "le bateau des voyous" et c'était bien le cas. Très bien logés mais ils avaient tous gardé la crasse qu'ils avaient cultivée quelques années auparavant et je peux certifier qu'ils avaient la main verte. De ces aménagements on en retrouve la conception des "Narval", mais seulement les logements. Le reste fut l'apothéose de la connerie et Dieu sait qu'en ce domaine le Français est très doué, si en plus il a eut la chance de faire des études ce qui améliore la capacité intellectuelle, mais si vous multipliez un Zéro vous aurez toujours un Zéro...
Donc j'arrive sur  Le Morillot où je retrouve des copains que j'avais connus sur la Junon et sur l'Artémis dont l'O2, ce qui m'aida beaucoup à supporter ce conglomérat de voyoucratie. Je ne peux énumérer tout ce qu'ils étaient capables de faire, mais ils faisaient bien leur bouleau donc le bateau marchait bien. Le Patron Torpilleur devait plus tard armer le Narval (Robert LAROCHE).
Le 1er janvier 1958 je passe Second, cela fait désordre, de vieux crabe chef resté sur la touche ils ont onze voire douze ans de service, mais c'est la vie. Le plus vieux devait embarquer sur le Narval quand il passât second (LOLO).
Bon courage.

3 appréciations
Hors-ligne
Il y en a un qui peut répondre, c'est Gabriel THOMAS (Agasm de Nantes). Il a embarqué en 46 sur le U 2518. On peut lui demander sur la page sous mariniers de FB.

26 appréciations
Hors-ligne
Bien vu fylyp,
Justement, en cliquant sur le lien que je donne plus haut, tout ce qui est présenté concernant le Roland Morillot est du Vieux Loup Gabriel THOMAS alias "Gaby" 

26 appréciations
Hors-ligne
Notre ami Jocelyn DE LA TAILLE, vient de prendre contact phone, il me précise ceci :
"Je me souviens fort bien de cette époque, lorsque j'étais sur l'Artémis, à Toulon. Lors des déjeuners qui avaient lieu à bord du Béarn, "bâtiment base" pour les sous-mariniers de Toulon, et que les gars du Roland étaient présents, il y avait de fréquentes bagarres entre sous-mariniers (il y en avait toujours un qui en avait une plus longue que l'autre). Les bagarres étaient toujours déclenchées par les gars du Roland, il arrivait même qu'ils se battent entre eux...  Quand le Roland était à la mer tout se passait bien sur le Béarn."
Et Jocelyn de préciser : "... cette appellation de "bateau de voyous" n'est absolument pas usurpée..., le Roland Morillot était considéré comme un bateau disciplinaire, se voir affecté à bord du Roland était une catastrophe, tout mais pas ça..."

5 appréciations
Hors-ligne
Le Mjr PAUL que j'ai connu à Toulon en juillet 79, puis sur le Saphir en 84 a été embarqué sur le Rolland Morillot.

28 appréciations
Hors-ligne
Bonjour GEKO,
Peux-tu m'indiquer quelques éléments concernant le major PAUL ? Cela pour que je puisse le contacter à propos de la voyouserie  de l'équipage du sous-marin Roland MORILLOT  sur lequel j'ai servi de septembre 1956 à mai 1957  en qualité de Détecteur.
Je ne cherche rancune à personne, simplement m'informer  sur des faits qui motivent cette réputation.
Très amicalement à toi et à PAUL.
René MISSLER 

5 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,
Malheureusement d'après ce que j'en sais le Mjr PAUL est décédé. Perso je l'ai connu en 1979 à la BSM Toulon pendant mon stage form avant mon affectation à Lorient. Puis je l'ai retrouvé sur le Saphir en 83 à Cherbourg (il était Président des OM et mon chef de Central). Torpilleur de son état, c'était un sacré monument au niveau de la sous-marinade.

28 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Géko,
Merci pour ta prompte réponse concernant ma demande sur le Mjr PAUL au sujet de l'équipage du sous-marin Roland Morillot. C'est très dommage qu'il soit disparu puisque selon ce que tu m'en dis, c'était un sous-marinier chevronné. Donc, on pouvait lui accorder une totale confiance. Je ne le connaissais pas mais je salue son âme, qu'il repose en paix. Si toutefois il te reste un souvenir ne serait-ce que d'une bribe de ce qu'il aurait pu te dire du Roland Morillot, je te serai reconnaissant de m'en faire part.
René MISSLER

28 appréciations
Hors-ligne
MABILEAU,
Bonjour,  je te remercie de t'être immiscé dans le débat "Roland Morillot, bateau des voyous ?" dont tu es un des Vieux Loups comme moi puisqu'on s'est croisé de janvier à mai 1957. Donc, nous nous connaissons, il n'y a qu'une seule coursive. Cela est d'autant plus intéressant, ton avis sur le sujet vaut de l'or puisqu'il émane de l'intérieur. Le mien également puisque j'ai effectué plus de 6 mois à bord, à cheval entre 1956-57, à la sortie de l'école de Détection.
Je trouve que le mot "voyou" est un terme trop fort, il n'y a jamais eu de délinquants à bord du Roland Morillot, le Cdt BONNEMAISON ne l'aurait jamais admis.
A aucun moment, je n'ai ressenti une quelconque ambiance disciplinaire à bord.
Il a pu se produire quelques extravagances, notamment sur le Béarn, mais cela ne justifie pas l'opprobre pour l'éternité.
Je ne crains pas d'affirmer que les gars du Morillot 1955-59 n'ont pas failli à l'Honneur militaire et à l'honnêteté citoyenne.
Je suis fier d'avoir servi sur le sous-marin Roland Morillot !
René MISSLER

28 appréciations
Hors-ligne
Bonjour  MABILLEAU,

Selon nos échanges d'informations précédents, nous avons servi ensemble sur le Roland Morillot de janvier à mai 1957.
Te souviens-tu des exercices effectués sur les côtes occidentales de la Corse, de nos escales au port d'Ajaccio les dimanches matin, des troupeaux de méduses qui encadraient le bord, et de nos excursions en bus jusqu'à Corte, visite de la citadelle, du col de Vizzavona enneigé et retour en train...? Et, pour nous remercier de notre travail, des épreuves endurées et la recharge des batteries, une incursion en surface jusqu'au fond du Golfe de Porto, Calanque de Piana, mer toute bleue et rochers de porphyre rouge. Magnifique paysage admiré
par l'équipage non de quart.
René MISSLER

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 355 autres membres