La Narvalaise

La Narvalaise

8000 pesetas

Guy BAILLY

 

1973, escale à Las Palmas, Canaries. Nous décidons à plusieurs de louer une voiture, euh... une vieille gimbarde, pour faire du tourisme. Une Fiat avec peu de freins nous est concédée. Avec moi, dans ce vieux tromblon, il y avait Jocelyn LEBOZEC passager avant, Dominique MARECHEAU et Daniel BEUGNET à l'arrière.

 

Nous voilà en route pour traverser l'île par son désert central afin de nous retrouver sur la corniche opposée surplombant Las Palmas.

Au sortir d'un virage très serré, en épingle à cheveux, sans visibilité, se trouve un camion en travers...!!! Freins défaillants, nous voilà encastrés sous le plateau du camion...

Jocelyn et moi avons juste le temps de nous baisser, Jocelyn reçoit le pare-brise sur la tête, moi sur l'avant bras. Jocelyn est blessé, il saigne beaucoup du cuir chevelu (sans toutefois beaucoup de différence de couleur, car roux poil de carotte...!lol). Il est environ 14h00.

 

Arrivent deux gardes civils, un adjudant et un garde. Après les explications du chauffeur du camion (aucun de nous ne parle, ni ne comprend l'espagnol), l'adjudant semble nous donner gain de cause. Cependant nous sommes tous conduits à la prison de Agaète..., tous les quatre dans la même cellule. Le chauffeur espagnol, lui, est dans la cellule voisine. Eh oui, nous avons connu les geôles de Franco...!!! D'ailleurs dans cette prison, trônait un portrait de Franco, El Caudillo, que les gardes saluaient systématiquement chaque fois qu'ils passaient devant. Impressionnant!!!

 

L'adjudant, un vrai père de famille, appelle un medecin pour Jocelyn blessé, sans gravité toutefois. Il fait très chaud, nous avons soif, l'adjudant nous conduit un à un au bar voisin pour boire une bière, avec chacun de nous.

Enfin, après plus d'une heure, l'adjudant obtient la liaison téléphonique avec le Rhône, en escale avec nous. J'explique la situation à l'Officier de quart: quatre emprisonnés dont deux blessés légers.

Arrive alors un Lieutenant de  la Guardia Civil, qui après explications de l'adjudant et du chauffeur nous donne...tort...stupéfaction! Pour être libérés, nous devons nous acquitter d'une caution de 8000 pesetas, l'équivalent de ma solde....

 

L'Officier en Second,  le LV TENNESON arrive à son tour, en tenue de parade, ganté de blanc. Et là, tels des ressorts bandés à bloc, les trois gardes saluèrent l'Officier français en bredouillant quelques mots confus. Le Capitaine TENNESON maîtrisant parfaitement la langue otoctone, les persuade de nous laisser sortir et de nous reconduire à Las Palmas où le médecin du Rhône nous attend.

 

Nous voilà à cinq dans la 4L du Rhône, et il fait toujours chaud, nous avons toujours soif...!

C'est un jour de fête, aux Canaries, nous nous arrêtons dans un bal populaire et buvons, buvons... Bref, nous arrivons vers minuit à bord du Rhône, ivres tous les cinq. Le médecin, fou d'impatience, s'exclame en nous voyant: "pas la peine de les anesthésier, c'est déja fait, je les recouds à vif...!". Pour ma part, je n'ai rien senti...

 

Le lendemain l'O2 me convoque et m'explique que nous devons nous rendre au Consulat de France pour régler le problème. Et c'est là que l'histoire devient hallucinante.

 

Nous nous présentons à midi, et sommes introduits dans le bureau du Consul (grand comme une salle de bal). Sont présents, le Consul (vieux Monsieur), les avocats du Consulat, du propriétaire du camion et du loueur de la voiture, le LV TENNESON et moi. Tout le monde parle en même temps, je n'y comprend rien et manifestement le Consul s'ennuie. Il s'approche de moi et me dit:

- Vous vous appelez Guy, moi aussi. Etes vous originaire de Lorient...?

- Non, de Saône et Loire...

- D'où..?

- Ma famille est de Cluny.

- Bailly...? Bailly...? BAILLY FROMAGE...!?

- Oui, "Bailly fromage" est le surnom de mon grand-père, André BAILLY.

 

A ce moment, le Consul se retourne, parle aux débateurs. Aussitôt, silence..., tous quittent le bureau. Nous restons, le Consul, le LV TENNESON et moi.

Il se trouve que le Consul connait mon grand-père depuis l'école primaire....

Je n'ai plus jamais entendu parler des 8000 pesetas......

 



04/11/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 261 autres membres